Les coups de cœur de nos libraires

 »Mort aux girafes » de Pierre Demarty aux Éditions Le Tripode

Mort aux girafes

Tout commence par un suicide à Bar-Le-Duc puis, de digression en coq-à l’âne, Pierre Demarty nous entraîne dans une multitude d’histoires, qui font sourire, franchement rire, réfléchir, nous questionnent et nous font découvrir une foule d’informations dont on s’étonne avoir pu se passer jusque-là… ». Mort aux girafes » est sans doute le roman le plus jubilatoire de cette rentrée, un ovni déroutant et réjouissant comme les aiment les éditions du Tripode.
Un pur moment de littérature !

Virginie, Rayon Littérature

Je suis intéressé(e) par ce livre : je clique

Le résumé :

Un ovni littéraire, une seule phrase de 200 pages et l’art de la digression poussé dans ses ultimes retranchements pour dire le destin tragi-comique d’un homme parti se suicider à Bar-le-Duc. Le plus étonnant ne tient pas à la virtuosité littéraire du texte mais aux émotions suscitées par le roman, incroyablement drôle d’abord, absolument bouleversant au final. Un livre unique.

Voir Bar-le-Duc et mourir : on connaît le dicton. Frédéric Berthet, lui en tout cas, le connaissait, qui n’a sans doute pas choisi par hasard le chef-lieu de la Meuse pour mettre fin à ses jours. Mais pour quelles raisons ? Se peut-il que son suicide soit lié à l’affaire Flamurd ? Comment expliquer autrement l’implication dans cette trouble histoire d’un ancien bibliothécaire devenu détective privé malgré lui, d’un inquiétant colosse serbe et d’un jeune Sri-Lankais converti au judaïsme ? À moins qu’il ne faille remonter à l’année 1862 pour trouver la clé de l’énigme. Ou encore – prenons soin de ne pas écarter cette hypothèse – que tout ceci ne soit qu’un gigantesque malentendu.
Avançant sous le masque de la digression et du coq-à-l’âne poussés dans leurs ultimes retranchements pour mieux aborder des questions graves telles que la mort, l’amour, la cohabitation interethnique en milieu carcéral et l’épépinage des groseilles, Mort aux girafes est un cri d’indignation, un brûlot féministe, un thriller haletant aux résonances écologiques en prise avec l’actualité la plus actuelle – bref, on l’aura compris, un roman coup de poing dont on ne sort pas indemne.


.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s